Table des Matières

Table of Contents

Dr. Père Cezar Mourani ocd

Nouvelle Edition 2002

 

L'Architecture Religieuse de Cobiath (Kobayat) sous les Croisés

TROISIEME PARTIE

Etudes Detaillées des Chapelles Cobiathines

 

- Chapelles Simples –

Chapitre 1

 

La Rive de Naher-El Kébir 

Le Felicium - Saydet el Mou'in - kfarnoun 

 

Le Felicium

 

Le nom:

“Ego Raimundus, comes Tripoli… dedi… et Felitum et Lacum” corrigé dans la même charte de 1142 par “Felicium et Lacum” “ Les châteaux de Felicium et Lacum et toutes leurs dépendances” acquis moyennant mille besants de Gilbert de Puy-Laurent (Deschamps, le Crac, 116).

 

Le Felicium, est-il un nom Latin? Il n’y a pas de “Felicium” en latin: La langue classique possède l’adjectif felix” qui fait “felicem” à l’accusatif et non pas felicium. Revient-il alors au bas-latin ou bien c’est un nom propre antérieur adopté par les Francs? Le Felicium a été identifié avec Qala’t el Felis (Dussaud, Top.95) El Felis (el Folos ou el Fals) c’est le nom d’une idole arabe de la période pré-islamique (yacout, Mojam, 4, p. 273)> les structures de la construction pré-franques que les Puy-laurens ont réanimées portaient-elles le nom de cette idole ou bien doit-on remonter plus loin dans le temps? Mr H.Sarkis a pensé à Menjez comme Maïza (H.Sarkis Contribution) d’autres ont rapproché Menjez de Némésis la déesse de Maqam er Rabb (Père Tohmé Etienne O.C.D.). Nous avons déjà signalé l’inseription du nom Tykeros “Fortuna” sur une pierre à Saïdé-d’ailleurs le rapprochement phonétique est fort logique. Par mi les divinités adorées dans le temple de Menjez, deux socles -l’un y est toujours présent-portaient jadis les idoles de Nemesis-Tyché et de Kairos Kalos. Or la Némésis-Tyché “ déesse de la félicité, est garante d’un heureux destin”, d’autre part ”un rapprochement entre Felicitas temporum et Kairos Kalos n’y conviendrait pas moins bien “(Seyrig H. M.U.S.37,15, P. 264 ss.). dans ce cas  le nom Felicium est plus près d’être la réminiscence de ces divinités grècques  plutôt qu’un apport arabe hors circonstance.

 

Le site:

Trois Kilomètres de terrain plat séparent l’actuel village de Menjez de l’éperon ensoleillé où se dressait jadis la môle imposante du Felicium: le château heureux.

 

En traversant la route poussiéreuse, voguant dans la plaine qui embrasse l’étendue du plateau, le regard rencontre de temps en temps, à gauche comme à droite, des amas de roches noires. Ce sont les débris des tombes mégalithiques fouillées par le père Maurice Tallon au début des années cinquante[1].

 

Dépouillées de leur tumulus, elles sont aujourd’hui abandonnées aux chasseurs d’hiver qui s’abritent derrière leurs blocs énormes contre le vent du Nord. Poussant la marche vers l’Ouest, on pénètre dans un champ immense connu des indigènes sous le nom de Meidane: l’hypodrome. Les anciens du village, nostalgiques, parlent souvent des fêtes grandioses qu’on faisait de leur temps, en l’honneur de Notre-Dame. Nous n’avions jamais réalisé que les jeunes villageois qui évoluaient sur leurs chevaux, pour la circonstance, pouvaient être les directs héritiers des superbes cavaliers francs et que les ébats chevaleresques en l’honneur de Notre-Dame-du-Fort n’étaient qu’une faible réminiscence des joutes somptueuses des anciens seigneurs du château.

“ Omni die, Ludos, torneamenta,hastiludia et varias deductiones militares ac omnia exercitionum genera ad militiam pertinentia continuabant[2] “.

 

C’est surtout vers le printemps, à l’époque ou les chevaux étaient conduits dans la campagne pour y être mis au vert que, campés près des tentes des bédouins, les chevaliers latins même ceux des grands ordres militaires, se livraient avec passion au jeu équestre du Djérid, considéré par certains auteurs comme ayant été à l’origine des tournois[3].

 

L’ennui de la plaine, presque aride, est bientôt dissipé par l’apparition de l’église de Notre-Dame du Fort. Construite par les Jésuites français vers le milieu du XIX s., la chapelle est un véritable joyau de l’art baroque, rarement employé en Syrie. La façade, blanche rayée de lignes noires, offre sa beauté aux caresses du soleil levant. Les pierres ont été empruntées aux ruines du château. L’appareil est souvent conservé intact dans le remploi. L’encadrement des portes, les linteaux et certaines colonnettes du château voisin ont été réutilisés, sans aucune retouche, dans l’édifice religieux qui se dresse sur une étroite bande de terrain, sur le versant oriental du fossé artificiel, juste sur l’emplacement où devait s’appuyer le pont-levis qui reliait le sol-ferme à la forteresse.

 

Pour atteindre la colline du château, on prend, à gauche de l’église, la cour interne du couvent. Juste en face de la porte sud de l’église, il y a une ancienne citerne surmontée d’une margelle. L’eau de puits verse dans le creux d’un énorme rouleau de pressoir antique transformé en vasque.

 

Quelques pas à l’Ouest du service d’eau, trois marches exigues conduisent dans la cour d’une étable. La première de ces marches est une pierre basaltique 70 x 20 qui porte, gravées en creux, quelques lettres grecques[4]; au témoignage d’un paysan établi sur les lieux, la pierre a été retrouvée par lui, il n’y a pas longtemps, dans le sol du château. La dédicace à la déesse Tykéros-Fortuna témoigne incontestablement de l’ancienneté des lieux: antique temple grec ou romain? La monnaie et la céramique retrouvées au cours des labours remontent aux deux époques. Le site semble avoir été utilisé bien avant la conquête d’Alexandre preuve en est la présence des tombes mégalithiques dans la localité. Les Byzantins ont dû fortifier cette position bien avant les Croisés: les pressoirs qu’on y retrouve encore doivent être reportés à cette période[5].

 

Une descente lâche mène au fond du fossé avant de remonter la pente qui conduit à la poterne encore discernable du château. Le fossé n’est pas naturel, il a été creusé à main d’homme. Quarante mètres de longueur relient les deux extrémités de la cavité aux pentes Sud et Nord de la colline. Vingt mètres de largeur et quinze mètres de profondeur donnent une idée du travail réalisé par la main-d’oeuvre franque pour compléter l’isolement de la forteresse, entourée, sur ces trois autres côtés de larges et profondes vallées: le Ouadi Menjez, prenant naissance à l’Est, contourne la colline au Sud, avant de rejoindre, à l’Ouest, la vallée de Naher-el Kébir qui, venant de l’Est, passe au pied du Felicium, formant ainsi, au Nord du château, une barrière naturelle infranchissable. Quelle pouvait être la valeur stratégique de cette position dans le système défensif oriental du comté?

 

Elle devait jouer plutôt un rôle de surveillance que de défense. Effectivement, le château devait garder les passages naturels qui relient l’intérieur syrien à la côté libanaise en bloquant les chemins qui conduisent de Homs à Tripoli par Achchaàra et le Cobiath le long du fleuve. Il devait être plutôt une résidence seigneuriale qu’une forteresse.

 

“Dans les châteaux du XII s. que tenaient les seigneurs, affirme P. Deschamps, ceux-ci vivaient avec leurs enfants et leurs femmes[6] “.

 

Malgré sa situation exceptionnelle au milieu de l’enchevêtrement des vallées environnantes et bien qu’il fut inattaquable sur trois fronts, à partir des collines avoisinantes, le château n’avait aucune chance de pouvoir résister à une attaque massive venant de l’Est puisqu’il n’y avait que les vingt mètres du grand fossé à barrer l’accès au plateau de Menjez. Situé presque à mi-distance entre le littoral et la Boqeiaa -à moins de 15 km à vol d’oiseau- son importance se réduisait au rôle de poste-vigie sur l’Eleuthère.

 

Le Felicium est pauvre en terrains cultivables. Les tertres qui coupent le relief assez plat sont arides et rocheux. L’eau est rare. les sources qui suintent au sein des vallées sont inutilisables. Seul le Nab’a-el-Ja’alouk qui surgit dans la montagne aux environs de l’ancien temple Maqam-er-Rabb suffit à peine aux besoins des habitants et à arroser quelques maigres arpents de terre. Neuf mois de sécheresse rendent impossibles les cultures maraîchères. Les torrents d’hiver deviennent autant de pistes praticables durant la saison chaude.       Par contre le sol volcanique permet la plantation de la vigne[7] de l’olivier et beaucoup de seigle, d’avoine et de blé. Ceci explique la présence des huileries et de la meunerie dans la localité. Les pâturages, étendus et fort gras en hiver- printemps, attirent de nombreux troupeaux.

 

Aussi, le fait, remarqué “ par Burchard de Mont-Sion et Jacques de Vitry, lors de leur passage dans la région (1ère. moitié du XIII s.) offre-t-il, peut-être, une explication plausible à la présence des sépultures mégalithiques, souvenirs certains de la civilisation nomade des bas-plateaux du pays. D’autre part, la vallée de l’Eleuthère, parfois étroite, s’élargit cependant pour permettre souvent de larges bandes de terrains cultivables, tout au long du fleuve, toute l’année. La canne à sucre, les orangers, les cultures maraîchères, le riz et la pistache, y trouvent un terrain extrêmement fécond.

 

Le Felicium est inhabitable pendant l’été: la chaleur est étouffante. Les Puy-Laurens avaient-ils l’habitude d’estiver au Lacum, selon la coutume du pays?

 

Pour accéder au château, on prend, à gauche, le versant de Ouadi Menjez. L’attention est immédiatement attirée par la pierre grise des murs. L’appareil, assez grand, est d’une taille bien fine aux contours, mais le bossage est souvent à peine équarri: C’est que le genre de basalte employé est dur à travailler. Juste à l’entrée, on remarque, à gauche, les vestiges d’une tour ronde. Elle est séparée de l’enceinte extérieure par un fossé étroit. Trois mètres plus en avant, on relève. Dans le mur de droite, une grande pierre dans laquelle des trous sont creusés: deux séries verticales de sept cavités. Horizontalement, une cavité de chaque côté. L’ensemble explique plus que moins la forme d’une croix latine. Nous pensons que la pierre est de réemploi et que la figure ainsi tracée, devait constituer une sorte de jeu pour hommes-d’armes oisifs (Manqalé). Dans le terrain adjacent, nous avons retrouvé de petites billes, en pierre polie, de couleur blanche et noire, à la mesure des cavités. On tourne à droite pour escalader un petit tertre. C’est un parfait tell artificiel. Là, se dressait jadis le donjon franc, obstruant le front Est, le point le plus faible du château. De nombreux débris jonchent le sol, parmi les ronces et la broussaille. Des pans de murs délabrés, percés de meurtrières délimitent les différents appartement de cette partie du fort. Dans le sol du donjon, on remarque une claire-voie. Celle-ci s’ouvre sur un vaste souterrain, présentement obstrué de remblai. Les structures du château englobent tout l’éperon. Son étendue est sensiblement égale à celle du château d’Akkar.

 

Tâche grise dans l’horizon verdoyant des alentours, il devait faire une belle impression! De nombreuses citernes lui assuraient l’eau en abondance. Un escalier à vis, semblable à celui du château de Saint-Gilles à Tripoli, reliait le fort à la rive méridionale de nahr-el Kébir. L’accès à cet escalier est aujourd’hui obstrué et l’on risque fort de ne pas le retrouver sans le concours des vieux paysans. Plusieurs des appartements intérieurs sont jusqu’à présent décelables.

 

Les restes des murs dépassent parfois les deux mètres. Mais, de là à leur assigner leur destination première, la chose est fort ardue, tant leur aspect a été bouleversé par la végétation, les décombres et les paliers qui ont été aménagés pour l’agriculture.

 

 

 

La Chapelle du Château :

 

Dressée, presque au centre du château, la chapelle semble complètement détachée des autres bâtiments. Le terrain, sur lequel elle a été construite, devait accuser une certaine inclinaison, et, le sol dut être remblayé le long du mur Nord dont le niveau des premières assises visibles est beaucoup plus bas que celui du mur Sud. Il n’est pas question de fouiller le terrain autour de la chapelle, car le rocher-maître est parfois apparent à la surface du sol.

 

La chapelle est encore conservée jusqu’à la hauteur de trois assises, au Sud et à l’Est, alors qu’elle garde une élévation variant entre un mètre et demi et deux mètres, aux autres côtés.

 

L’appareil basaltique, moyen (55x35) dans l’hémicycle de l’abside, est assez grand dans les autres murs (75 cm - 35).

 

L’œuvre, en moellon noyé dans du mortier, et, couverte d’un double parement, a l’épaisseur d’un mètre. Le parement extérieur, finiment taillé aux contours, n’offre pas, généralement de bossage; et, quand le bossage est présent il est à peine visible. Malgré la finesse des contours, le liant, qui raccordait les pierres, est toujours visible. L’appareil intérieur, par contre, est moins soigné et devait être couvert d’un enduit dont on relève des vestiges dans les recoins.

 

Avant de passer à l’étude du plan de la chapelle du château nous voudrions évoquer les problèmes concernant la technique utilisée dans la construction des différents éléments de l’édifice.

 

1/ Les Fondations:

Les fondations de la chapelle du Felicium tiennent généralement compte de la nature du terrain. En effet, là où le rocher affleure le plus sur le côté Sud du monument, les fondations reposent directement sur le rocher. Par contre, les fondements des murs Est et Ouest s’enfoncent plus profondément, surtout ceux du mur Nord, étant donné que la nature du terrain a obligé les architectes à suivre la pente pour asseoir la construction sur des bases aussi solides que profondes. L’on constate, d’ailleurs, que ces fondements présentent deux sortes de matériaux. Dans le côté Nord et dans les parties les plus profondes, les constructeurs ont utilisé des pierres à peine dégrossies, jointes, au moyen d’un mortier composé de gravier très finement pilé, d’une sorte de sable d’extraction locale et de chaux. La présence d’une forte proportion de petits fragments de charbon de bois dans ce ciment permet de penser que de la cendre a été mélangée aux autres composantes du mortier. La profondeur de ce lit varie selon l’affleurement du rocher de base.

 

Immédiatement au-dessus de ce premier lit, on trouve, en général, une à trois assises de pierres plus régulièrement taillées et équarries au moyen du poinçon ou du ciseau. Toutefois leur surface est plate, sans avoir été l’objet d’un soin particulier. Ces assises devaient-elles être enfouies dans les tranchées de fondation, ou bien, recouvertes d’un glacis quelconque et par conséquent, elles ne devaient point être visibles?

 

La chose paraît possible, car le terre-plein qui forme un passage au nord, entre la chapelle et le ravin est visiblement crevassé et balayé par les écoulements des pluies torrentielles dans la région. Le même ciment à base de chaux, de gravier et de cendre a servi pour lier les blocs de ces assises, le uns aux autres. C’est, par ailleurs, au niveau de ces assises que se fait le rattrapage du niveau, de sorte que les défauts d’horizontalité, dus à la configuration du sol, ne soient plus visibles dans les assises régulières, finement taillées, qui constituent les parements extérieurs des murs.

 

2/ Les Murs:

Il ne semble pas que les murs de la chapelle aient été destinés à être recouverts d’un enduit quelconque, tant leur parement extérieur est finement taillé. Les joints des pierres qui les constituent sont ajustés de sorte qu’il est difficile parfois de voir le ciment qui les unit. Sur le plan technique, ces murs, relativement épais (un mètre) ont été construits selon un mode que l’on rencontre souvent dans les constructions franques de Syrie. Les deux faces sont, en effet, faites de pierres de taille, à l’intérieur desquelles un blocage, en pierres sèches noyées dans du ciment, forme une sorte de bourrage. Les pierres du parement extérieur présentent généralement un mélange de pierres lisses et de bossage à peine saillant. Celles du parement intérieur sont plus petites et à surface plate. Quelques-unes portent encore des vestiges d’enduit.

 

Quel instrument a-t-il été employé dans la taille? Il serait hasardeux de le dire, tant la pierre est rongée par les intempéries. La hauteur des assises varie souvent: et si l’on examine les assises encore conservées dans le parement intérieur, en rencontre les hauteurs suivantes, respectivement de bas en haut: 25, 35 et 30  ecc.

 

D’autre part, si l’on met de côté quelques blocs que l’on peut qualifier de petits, avec leur longueur de 45 pour une hauteur de 35 et quelques grands blocs exceptionnels, l’on constate que la moyenne générale des blocs utilisés pour le parement extérieur des murs, tourne autour de 75 de longueur, pour 35 de hauteur.

 

3/ Etude du plan :

Dans les châteaux que tenaient les seigneurs, affirme P. Deschamps[8] les chapelles étaient de petites dimensions.

 

Le Felicium des Puy-Laurens ne déroge pas à cette constatation. La chapelle est effectivement de petites dimensions. Sa longueur intérieure ne dépasse pas les 12,55 abside comprise, alors que la largeur est exactement de 7,45 à l’Ouest et de 7,05 à l’Est. La chapelle, à nef unique, dessine un rectangle terminé à l’Est par une abside en cul de four, saillante.

 

a)La Nef:

De forme rectangulaire, elle ne devait avoir qu’une seule travée, car, dans ce qui reste des murs longitudinaux, nous n’avons pu découvrir aucune trace de pilier ou bien de base de colonne engagée, pas même la moindre semelle qui pût faire supposer l’existence possible d’une division virtuelle quelconque ou bien d’un arc doubleau. La paroi des deux murs est tout à fait unie et, dans ce qui reste debout, elle ne présente aucune aspérité ou la moindre pierre saillante qui fasse panser au départ d’un arc possible.

 

b)La porte Nord:

Les chapelles des châteaux francs de Syrie ont, en général, deux entrées, l’une à l’Ouest et l’autre au Nord ou bien au Sud: Rappelons à ce sujet, celle du Crac et de Margat. La chapelle-donjon de Safitha, possède un beau portail à l’Ouest et un escalier, qui donne à l’étage supérieur, situé dans l’angle Sud de l’édifice.

 

Les murs Sud et Ouest de la chapelle du Felicium, conservés jusqu’à la hauteur d’un mètre, n’offrent aucune trace de porte ou de seuil. Les assises sont toujours nivelées et parfaitement unies. Leurs pierres n’offrent aucune faille, même bouchée, qui fasse penser à un accès quelconque.

 

Par contre, le mur Nord, et, à la distance d’environ deux mètres de l’angle Nord-Ouest, offre, à l’oeil attentif, un certain espace dont les matériaux et la construction contrastent nettement avec le reste du mur. Ce dernier est assez bouleversé dans ce côté du monument, mais il se tient toujours debout. Les blocs se maintiennent à leur place bien qu’ils accusent parfois un affaissement dans leurs niveaux d’horizontalité. L’espace que nous venons de signaler en contraste avec le reste, est sûrement de construction récente. Ses assises ne coïncident point avec les autres et les pierres dont elles sont faites, sont sèches et irrégulières. L’espace est large de 0,90 mètre, juste la largeur normale d’une porte régulière dans ce genre d’édifice.

 

On remarque, par ailleurs, la présence d’un bloc de 120 cm. De longueur par 30 cm. de hauteur qui jonche le sol, tout près de là, et, qui probablement devait constituer le linteau originel de cette porte. Malheureusement, le linteau est tellement maltraité que nous n’avons pu y découvrir aucune trace d’inscription ou de sculpture, si jamais il en fut.

 

 

La Porte Est:

 

A l’extrémité Nord-Est du rectangle de la nef, l’angle semble conserver, lui aussi, les traces d’une autre porte.

Le mur Est de la chapelle qui sous-tend l’arc de l’abside, garde dans sa partie Nord, au delà du point de décrochement de l’abside, une entaille dans la construction restante.

Des structures, toujours visibles, reçoivent, en vertical, le pied-droit de l’arc de l’abside et se dirigent perpendiculaires sur le mur Nord. Elles s’arrêtent brusquement pour s’orienter parallèles au mur Nord fermant ainsi une sorte de contre-fort à l’abside. Le vide ainsi créé dans cette partie des fondements est assez large pour constituer une porte régulière (0,82 mètre), livrant passage vers l’Est, à gauche de l’abside.

 

 

L’abside :

 

L’édifice rectangulaire est terminé par une abside saillante. Nous n’avons relevé aucune trace d’ouvrage extérieur qui eût dû habiller le demi-cercle de l’abside.celle-ci, dessinant un arc sensiblement surhaussé, se conserve jusqu’à la hauteur d’un peu plus d’un mètre. Son parement extérieur est pareil à celui des autres murs, alors que le parement intérieur, d’une facture mieux soignée, est composé de blocs plus petits et à surfaces lisses destinées à être recouvertes d’enduit comme les autres parois intérieures du monument. La paroi Nord de l’abside est percée d’un passage dont elle garde les vestiges, juste quelques cinquante centimètres à l’Est de l’arc triomphal. Ce passage Nord-Sud, à travers la courbe de l’abside, rencontrait, sans doute, l’autre passage Est-Ouest dont nous venons de parler plus haut.

 

L’arc de l’abside n’est pas raccordé au centre du mur oriental de la chapelle. Il accuse un net écart vers le Sud.

Les distances, en effet, qui séparent les pieds-droits de l’arc triomphal, des murs latéraux, ne sont pas égales. Celle du Sud est sensiblement plus courte que celle du Nord dans laquelle est percé l’accès vers l’Est.

Ce décalage de l’abside dévie nettement l’axe central du monument. Est-ce un effet de correction dans l’orientation survenue plus tard, ou bien, ce désaxement a été voulu pour laisser place au passage décrit plus haut?

Ce désaxement absidial se rencontre souvent ailleurs soit dans la chapelle de Saïdet er Rih à Nephin, soit dans nos chapelles du Cobiath comme nous aurons l’occasion de l’étudier plus loin.

 

 

La Sacristie :

 

Notre connaissance du Felicium ne date pas d’hier, notre amitié étant fort ancienne. Chaque recoin du vieux  site nous est familier. Nous avions souvent erré parmi les buissons et les décombres, toujours à la recherche d’une nouvelle découverte ou bien d’une nouvelle impression. Mais malgré l’ancienneté de cette amitié, nous n’avions jamais eu l’occasion de remarquer sous les amas de débris et le cumulus de terre apportée par les alluvions, les vestiges d’une petite sacristie qui flanque le côté Nord de l’abside. Les pluies torrentielles de la dernière saison ont mis à découvert une pierre à bossage, juste quelques mètres plus à l’Est de l’angle Nord du monument. Grattant autour de la pierre, celle-ci s’est révélée faire partie d’une infrastructure entière qu’une fouille superficielle a mise à nu. C’est la sacristie qui flanque normalement la plupart des monuments religieux des Croisés en Syrie[9].

La sacristie forme une petite salle de 2,60 x 3,20. La façade Nord, la plus longue semble continuer le mur Nord de la nef, alors que la façade Est s’appuie perpendiculaire sur la courbe saillante de l’abside.

Les deux portes dont nous venons de constater l’existence débouchaient effectivement dans la sacristie, l’une reliant cette dernière à la nef de la chapelle, l’autre communiquant directement avec le maître-autel. Chapelle de château seigneurial, le monument est relativement petit par rapport aux chapelles du Crac, de Safitha et de Margat, mais il devait être plus que suffisant aux besoins liturgiques de ses seigneurs.

Avant de quitter définitivement nos souvenirs, arrêtons-nous un instant sous les arbres qui ont jadis ombragé les lieux: une noce sortant de l’église Notre-Dame s’égrène sur la grande place:

“La mariée est splendidement parée et porte une robe de soie magnifique tissée d’or et dont la queue traînante balaye le sol. Sur son front brille un diadème en or recouvert par un filet tissé d’or et sa poitrine est ornée de même. Ainsi parée, elle s’avance en se balançant à petits pas comptés semblable à la tourterelle. Elle est précédée des principaux d’entre les chrétiens, revêtus d’habits somptueux à queues traînantes et suivie de chrétiennes, ses paires et ses égales, qui, également couvertes de leurs plus belles robes, s’avançaient en se dandinant et traînant après elles leurs plus beaux ornements. L’ensemble se met en marche vers (le Meidane) où aura lieu le jeu équestre du Djérid, l’orchestre en tête, tandis que les spectateurs musulmans et chrétiens assistent au défilé”.

 

Pour décrire la noce à laquelle nous venions d’assister, nous nous sommes permis d’emprunter la description à Ibn-Jobeir [10] car rien n’a changé depuis le XII s. sous ce ciel d’Orient où presque jamais rien ne change.

“L’Orient, note en effet le marquis de Vogué, est la terre classique de la tradition. Nulle part n’existe à un aussi haut degré la religion des souvenirs locaux [11] “.

 

b)Maqam erRabb Temple-église :

A  un peu plus d’une heure de marche, au Sud - Est du Felicium, une chaîne de collines, d’origine volcanique, s’étire de l’Est vers l’Ouest, cachant à la vue, la petite ville de Cobiath. Ce sont les “ Tilals de Mart-Moura”. Au pied de leur versant septentrional il y a un ancien temple de la pégréco romaine tombé en ruines. Il était tenu en grands soins par le service des antiquités, juste à cause de son originalité. Il est le seul temple, construit au Liban en blocs de basalte. La région du Hauran en Syrie du Sud, est réputée par les édifices de ce genre et les archéologues pensent que les constructeurs du temple dûrent avoir recours aux maîtres et à la main d’oeuvre de cette contrée pour élever le célèbre temple de Menjez[12] .

Le temple est à environ 200 mètres à l’ouest d’une source connue sous le nom de Naba’-el Jaa’louk. Y eut-il  jamais  un sanctuaire chrétien dans les ruines du temple? Les archéologues l’affirment. Le Père Goudard, qui l’a visité au début du siècle, l’affirme aussi. Actuellement rien ne le laisse paraître[13].

Les indigènes nous ont indiqué une ruine dans les parages immédiats de la source, 200 m. au nord. C’est un ancien lieu de culte dédié à la Ste. Vierge.

 

Top


 

 

Le Sanctuaire de la Ste. Vierge Saïdet-el Mouîn: Chapelle d’hôtellerie?

 

 

Nous avons retrouvé les ruines de l’ancienne chapelle reposant à l’ombre d’un vieux chêne, malaité par le temps et les intempéries aussi bien que les vestiges du sanctuaire.

L’édifice, assez petit(6 x4 m) était formé d’une nef presque carrée et d’une abside demi-circulaire emboitée dans un ouvrage carré. Il en reste peu de chose. Seule l’abside, enfoncée dans la terre accumulée tout autour, garde quelques assises de son appareil fort soigné, alors que la nef, complètement rasée laisse à peine entrevoir son dessin antique. Placée sur le bord d’un précipice, l’éboulement du terrain a emporté la façade Ouest et une partie de la nef, surtout l’angle Sud dont les pierres de fondement sont encore éparpillées le long de la pente. La chapelle appartient sans aucun doute à la période franque. Le plan, la taille de la pierre, la composition du mortier, établissent une similitude frappante avec la chapelle du Felicium.

 

Elle devait, cependant. faire partie d’un ensemble dont on peut relever le tracé au Sud du monument. Peut-on penser à la chapelle d’un hôpital ou d’une hôtellerie comme Saidet er Rih de Nephin[14] .

Les même dispositions régissent les deux monuments. La chapelle semble avoir été construite sur les débris d’une église plus ancienne.

 

 

 Top


 

 

Kfarnoun

Kfarnoun ou Qariat-es-samak est à moins de 3 km. à l’Est du Felicium. Peut-on parler d’un ancien ou d’un moderne Kfarnoun? Le petit hameau semble à peine sortir du passé; il n’a pas encore quitté sa parure moyenâgeuse. Dévasté et brûlé lors des événements douloureux de 1975. Il est en train de se repeupler. Abandon, misère et tristesse, ce n’est pas de trop pour qualifier une ambiance, jadis prospère, coquette et brillante. Nous menons notre enquête; la pauvreté est frappante, mais l’hospitalité est à toute épreuve. Le maire –Cheikh Nejib- raconte: calme, digne et cultivé, il mesure ses paroles. L’enquête est archéologique, donc objectivité oblige. Les documents manquent, tout a été brûlé, mais la tradition bien jaugée, est fort riche. Le casal franc était d’une prospérité exceptionnelle: quatre églises, sept huileries, des sources et des citernes; des moulins à vent, des moulins à eau, des moulins à mains, des croix antiques, une ancienne épigraphie perdue. Kfarnoun semble un véritable musée. Notre imagination ou plutôt notre connaissance intuitive s’envole au loin à travers les dédales du passé. Essayons de nous y retrouver.

 

Les Croisés, partout les Croisés dans la région. Pourquoi leur souvenir est-il toujours vivant dans l’esprit et les traditions du peuple? Est-ce que son bon sens se rapprocherait-il de la connaissance plus que notre savoir rationnel? Ou bien c’est un effet de compensation nostalgique chez le peuple maronite autant qu’une réaction de rancune chez les autres? Nous pensons que les deux cas sont vrais et c’est une première réalité, c’est que le site  est beaucoup plus ancien que ne le laisse entendre le nom syriaque, preuves en sont toujours les tombes mégalithiques nombreuses dans les parages. Quel serait donc son vrai nom. Peut-être n’était-ce alors qu’un quartier de Menjez, l’ensemble constituant la Maïsa des documents assyriens dont nous aurons l’occasion de parler au chapitre suivant.

 

Les chapelles :

Elles sont là bien vivantes, mais malheureusement, aucune d’elles n’a gardé son vrai visage. Le remaniement est tel qu’il est presque impossible de relever les traits caractéristiques de chaque édifice. Les monuments forment deux groupes, de deux chapelles chacun, situés à moins de 300 m l’un de l’autre.

 

1/ Le premier ensemble est formé des chapelles dédiées à Notre-Dame et à Saint  Elie. Les chapelles se trouvent à l’Est du village, tout près du cimetière. Totalement indépendantes, la distance entre les deux est de moins de dix mètres par ordre progressif de l’ouest vers l’Est.

 

La première, celle de l’Est, dédiée à saint Elie, se conserve en partie. D’après les témoignages recueillis sur les lieux-même, elle devait avoir une nef voûtée sur croisées d’ogives avec une abside en cul de four, emboîtée dans un ouvrage carré de façon à ce que l’ensemble prît la forme extérieure d’un rectangle compact. Deux portes, toujours debout, l’une à l’Ouest et l’autre au Nord. Donnaient accès à l’intérieur de l’édifice. Les seuils et les pieds-droits conservés jusqu’à un mètre et demi sont toujours visibles. Les linteaux gisent à côté. La chapelle, remaniée à plusieurs reprises, a été allongée vers l’Est, d’une manière barbare[15] .

 

La seconde, celle de l’ouest, patronnée par Notre-Dame s’est évanouie sous les tombes. Mais là, nous pensons reconnaître l’existence d’une église plus ancienne que la période franque. L’enceinte du cimetière actuel, ainsi que les paliers contigus, gardent à l’ouest du cimetière les restes d’un mur antique conservé jusqu’à la hauteur de trois et parfois quatre assises. Les dimensions de l’appareil (75 x 45 en moyenne) et la taille de la pierre dénotent avec les croix relevées sur les lieux, l’existence d’un ancien lieu de culte syriaque, remontant probablement à la première période chrétienne (Vème – Vième.  siècle).

 

2/ Le second ensemble est situé au Nord -Est du village à moins de 300 m. du premier. Les édifices de ce second groupe accusent une distance supérieure à celle du premier: environ trente mètres.

 

La chapelle Sud, dédiée à Saint-Elie est une construction récente et fort-grossière. Nous n’y avons pu découvrir aucun élément ancien. Ni dans le remploi de l’appareil, ni dans les fondations, et nous pensons qu’elle fut construite de toutes pièces vers la 2de moitié du XIXème. Siècle puis restaurée vers les années cinquante du XXème siècle. Son titre devait être porté par un autre sanctuaire dont nous croyons avoir reconnu les vestiges dans une Khirbert, au voisinage immédiat de la seconde chapelle, celle du Nord. Cette dernière, au titre de Mar Doumit, est, elle aussi, de facture récente, pourtant le nouvel édifice ne couvre pas complètement le plan de l’ancien monument dont les fondements occidentaux, toujours visibles, dépassent largement la nouvelle église; à moins de dix mètres, au Sud de cette chapelle, nous avons reconnu parmi les décombres d’une ruine antique, les fondements d’une abside. Nous pensons que cette abside appartenait à l’antique chapelle dédiée à Saint-Georges. Ainsi, la proximité des monuments de ce second groupe, établirait une similitude parfaite avec les édifices du premier ensemble décrit plus haut.

 

Ces chapelles ne sont point jumelles, comme les autres du Cobiath, pourtant leur proximité et leur fabrique nous induisent à conclure à leur appartenance au même peuple. Sont-elles destinées au même programme cultuel expliqué dans les autres monuments du pays?

 

A mi-chemin, entre les deux ensembles cultuels, il y a le “Bir”.C’est une citerne, semblable à tout point de vue, à celles du Felicium. Elle est toujours en service. Nous avons relevé plusieurs croix, du type paléo-chrétien, au village même et dans les parages. Elles sont incises en creux et manquent parfois de régularité. C’est qu’elles ne semblent pas avoir été faites, toutes, de mains de maîtres, ou bien, destinées à surmonter les linteaux d’églises. Il est de tradition chez les Maronites de signer de la croix, les objets d’usage. Les aliments, surtout la pâte à pain et leurs demeures. C’est la “Baraka”, requête, à la fois, d’abondance et protection contre le Mauvais. Nous avons repéré plusieurs emplacements d’huilerie, et des vestiges de moulins à eau, le long de Nahr-el Kébir : mais notre attention a été, surtout, attirée par un petit moulin exposé dans la cour de la vieille maison du vénérable Moukhtar, de type fort particulier : moulin à huile ou servait-il à triturer les restes de la brique?

 


[1] TALLON M. Tombes mégalithiques à Mounjez, dans Mélanges de l’Université Saint-Joseph 1953

[2] CORNER,Herman. Cité par Rey, E.G. dans Colonies Franques P. 54

[3] Rey, E.G.o.c.L.c.

[4] « TYKEROS »- Déesse du bon destin, de la Fortune, de la Félicité.

[5] TCHALENKO G., Villages Antiques de la Syrie du Nord, P. 30,ss.

[6] DESCHANýMPS, P. Le Crac des Chevaliers p.87

[7] DUSSAUD, R. Topographie historique, p. 86

[8] DESCHAMPS, P. Le Crac des Chevaliers p. 95

[9]A   rapprocher des deux sacristies de la chapelle-donjon de Castel-Blanc à Safitha. Ofr. à ce propos, ENLART,C. Architecture religieuse des Croisées  v. H.p. 110

[10] IBN Djobair, Historiens Arabes des Croisades tomeIII p.453

[11] De VOGUE, cité par le père GOUDARD, dans  la Ste. Vierge au Liban, p. 276

[12] les côteaux de nahr-el Kébir, surtout la région du Dreib, du Felicium et de Tell-Kalakh, sont faits de bancs rocheux de la plus pure roche basaltique et les tailleurs locaux de cette bierre, au témoignage des indigènes, sont les meilleurs maîtres de Syrie (Cf. P. DESCHAMPS, le Crac)

[13] Voir annexe 1

[14] Nephin ou Enfé, petite ville du littoral  Libanais situé à 15 km au Sud de Tripoli

[15]La nef est actuellement formée d’une voûte d’arêtes avec une abside plate ajoutée.  Le tout a été fait, Il y a  à peine, quinze ans.(témoignage Local) 

 

 

Table des Matières

Partie1-Chap1

Partie3-Chap1

Partie4-Chap1

 

Partie1-Chap2

Partie3-Chap2

Partie4-Chap2

Introduction

Partie1-Chap3

Partie3-Chap3

Partie4-Chap3

   

Partie3-Chap4

Partie4-Chap4

 

Partie2-Chap1

Partie3-Chap5

Partie4-Chap5

 

Partie2-Chap2

Partie3-Chap6

 
   

Partie3-Chap7

Conclusion

Top

 

Back to Books